Guillaume va-t-il remporter la 10e saison de Top Chef ?

Posté par: Marjorie Brient Sur: Tuesday 7 May 2019

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Guillaume Pape, dans son restaurant L'Embrun qu'il vient d'ouvrir avec sa compagne Marlène à Brest. Le chef breton de 27 ans a travaillé auprès de chefs étoilés comme Olivier Bellin avant de diriger son propre restaurant à Rennes. Arrivé en finale de Top Chef 2019, il a accepté de partager avec nous son expérience et de dévoiler les dessous de l'émission. 

Après 14 semaines de compétition entre 15 candidats professionnels talentueux, la dixième saison de Top Chef va révéler son grand gagnant ce mercredi 8 mai à 21h sur M6. La finale 100% masculine opposera le finistérien Guillaume Pape de la brigade Sarran et l'Angevin Samuel Albert de la brigade de Philippe Etchebest. Avant de savoir qui succédera à Camille Delcroix, vainqueur de 2018, découvrons les dessous du tournage...

Qu’est-ce qui vous a motivé à participer à Top Chef ?

Guillaume Pape en finale Top Chef - Interview Negoce CHREn fait, c'est l'équipe de Top Chef qui m’a contacté. On venait de s’installer à Rennes avec Marlène, je n’avais pas envisagé de me lancer dans une nouvelle aventure mais je me suis promis de ne jamais fermer de portes. Je n’ai pas voulu rater l’opportunité ; alors j’ai joué le jeu. J’ai passé les entretiens puis les qualifications et j’ai gravi les échelons. En fait, j’ai pris les choses au fur et à mesure et je suis resté moi-même, toujours humble. Je n'ai jamais cessé de penser à la victoire mais sans jamais oublier de garder la tête froide.

Comment avez-vous géré votre absence du restaurant lors du tournage ?

Tout s’est fait naturellement. J’avais la chance d’avoir une super équipe en cuisine sur qui j’ai pu compter pendant mon absence. J’ai laissé ma place à mon second de cuisine et j’ai allégé la carte. Et c’est Marlène qui a tout chapeauté, aussi bien en salle qu’en cuisine.

Le tournage a été assez rapide, nous avons été mobilisé 2 mois et on rentrait en fin de semaine. Du coup, j’enchaînais les épreuves en semaine, puis le week-end j'étais aux fourneaux dans mon restaurant. Mais je ne faisais pas la mise en place, seulement le service pour soulager mes équipes.

Vous avez intégré la brigade du Chef Sarran. Que vous a-t-il apporté tout au long de l’émission ?

Michel Sarran m’a apporté de la rigueur tout au long des épreuves mais aussi beaucoup de soutien. Ce que j’ai apprécié, c’est qu’il m’a toujours laissé faire ce que j’aimais. Il était là pour me booster, pour m’inciter à apporter un plus à mon plat et à donner le meilleur de moi-même.

La compétition a dû créer des liens forts entre les candidats ? Avec qui avez-vous gardé contact ?

Oui bien sûr, on a gardé contact. J’appelle Samuel très régulièrement, au moins une fois par semaine. Avec Florian et Damien aussi. Et Maël est déjà venu manger dans mon restaurant à Brest.

Quel est pour vous le meilleur souvenir ? Et la meilleure anecdote ?

Samuel Albert et Guillaume Pape en finale de Top ChefLe moment le plus émouvant a été « l’épreuve des proches » lors de laquelle j’ai retrouvé ma compagne Marlène. J’ai gagné dès la première épreuve, ça a été une vraie satisfaction et un travail d’équipe !  

Et le souvenir le plus déjanté ? Je dirais notre escapade avec Florian et Samuel un soir à Paris. On a roulé pendant des heures en trottinette pour trouver un restaurant. Un super souvenir !

Et le moins bon ? Quelle a été l’épreuve la plus difficile ?

Le moins bon souvenir forcément c’est la premier épreuve sur le trompe l’œil. "C'est un club sandwich qui a mangé cher." A commenté Philippe Etchebest devant le trompe-l’œil un peu grossier de Guillaume.

Ce fut un raté… et ça a été un peu dur au démarrage mais heureusement c’est passé !

Vos conseils pour les futurs candidats ?

Se donner à fond et toujours y croire. Ne rien lâcher car tout peut arriver !

Qu’est ce qui est le plus important lors du concours: la technique, l’inventivité et le mental ?

Je dirais la technique car la cuisine française c’est de la technique avant tout. Elle repose sur les enseignements de grands chefs comme Bocuse ou Escoffier. Et sans technique, la créativité ne vient pas ! Et lors des épreuves, on nous met en face de grands chefs qui ne laissent pas passer le manque de technicité. On doit être prêts et irréprochables !

Crédits photos : Capture 6play / Instagram Guillaume Pape